What is wrong with integration?

Autores

  • Magali Bessone

Resumo

The paper will first retrace the main arguments of the debate about the ideal of social, political and urban integration as it occurred in the United States after the publication of Elizabeth Anderson’s The Imperative of Integration; it will show that while the critics of Anderson’s ideal of « integration » raise important methodological and normative points, the alternative ideal of « differentiated solidarity », proposed earlier by Iris Marion Young, is not solidly grounded from a normative point of view. Then, taking the requirements of a non-ideal contextualist theorization seriously, I’ll propose to test the arguments for and against « integration » when they are translated, both conceptually and geographically, to a French context. In France, the concept of integration is part of another semantic field and of another history of social relations. Iris Young is right when she states: « In Europe, the issue of integration is discussed today most often in terms of the situation of members of groups who have migrated to European countries from Asia, Africa, the Middle East, and the Caribbean » (2000, 219). However, at least in the French context, she is wrong to infer: « The arguments I have offered against an ideal of integration (…) apply as much to the situation of cultural minorities in Europe, I suggest, as to the context of the United States » (2000, 220). The immigrant minorities concerned by the issue of integration in France are not merely cultural, but racialized minorities and the issue of integration is best posed at the level of « racial cities ». To conclude, I’ll propose some qualified defense of a concept of integration in the French context and in a critical republican perspective, in which it is better conceived not as an imperative, but as an « essentially by-product » of deracialization.

Keywords: integration, inclusion, non-ideal theory, colonization, racial city.

 

Resumé

L’article commence par présenter les principaux arguments mobilisés dans le débat suscité par la parution de l’ouvrage d’Elizabeth Anderson, The Imperative of Integration, sur la nature et la valeur de l’idéal d’intégration. Si les critiques de cet idéal soulèvent d’importants points méthodologiques et normatifs, on se propose de montrer que l’idéal alternatif de « solidarité différenciée », proposé auparavant par Iris Marion Young, n’est pas plus satisfaisant d’un point de vue normatif. Prenant ensuite au sérieux les exigences méthodologiques d’une théorisation contextuelle non idéale de nos idéaux, l’article se propose de tester les arguments promouvant ou critiquant l’intégration en les situant dans un contexte français. Le concept d’intégration en français relève d’un champ sémantique et d’une histoire sociologique très différents de ceux du contexte nord-américain. Iris Young a raison d’affirmer : « En Europe, le problème de l’intégration est aujourd’hui surtout discuté en termes de situation des membres des groupes qui ont migré vers les pays Européens depuis l’Asie, l’Afrique, le Moyen-Orient ou les Caraïbes » (2000, 219). Mais, du moins dans la perspective d’une description et d’une évaluation du contexte français, elle a tort d’en inférer que « [l]es arguments que j’ai proposés à l’encontre de l’idéal d’intégration (…) s’appliquent tout aussi bien à la situation des minorités culturelles en Europe, à mon avis, qu’au contexte états-unien » (2000, 220). Les minorités immigrantes concernées par le problème de l’intégration en France ne sont pas d’abord des minorités culturelles, mais des minorités racisées, et le problème de l’intégration doit d’abord se poser au niveau local de la racialisation des politiques urbaines. L’article proposera pour conclure une défense qualifiée du concept d’intégration dans un contexte français et dans une perspective républicaine critique : il n’est pas conçu dans cette perspective comme un « impératif » mais plutôt comme un « effet essentiellement secondaire » de la déracialisation.

Mots-clés : intégration, inclusion, théorie non idéale, colonisation, ville raciale.

 

DOI: 10.21747/21836892/fil34a1

Downloads

Publicado

2019-05-29