Selma Baccar: réalisatrice, productrice et femme politique. L’engagement permanent pour les libertés

Autores

  • Lamia Belkaied Guiga

Resumo

Il s’agit dans cette communication de montrer comment Selma Baccar s’est imposée en tant que féministe tunisienne par son action artistique et son engagement politique. Figure emblématique du 7ème art en Tunisie, Selma Baccar est également députée et militante feministe, plaidant la cause des
femmes tunisiennes et leur lutte pour la liberté et la dignité.
Le premier volet de ce travail est consacré à l’étude du discours féministe nourri par la revendication de la liberté féminine dans trois films: Fatma 75
(1975), premier long métrage consacré au mouvement féministe tunisien; La danse du feu (1995) qui raconte en filigrane les itinéraires de trois femmes engagées; et Fleur d’oubli (2008), drame social qui établit un parallèle entre le drame personnel de l’héroïne et celui de la Tunisie en 1938.
Nous montrerons comment Selma Baccar a essayé d’exploiter l’univers de la femme avec un esthétisme audace et un militantisme féministe assez riche et intéressant, confirmant le rapport assez étroit entre l’acte de création et l’acte de résistance établi par Gilles Deleuze.
Le deuxième volet est consacré au parcours politique de Selma Baccar, car après les évènements de janvier 2011 qui ont bouleversé la Tunisie et le monde arabe, la cinéaste confirme ses choix. Elle mène le combat sur un terrain soumis à l’atmosphère politique d’un pouvoir antiféministe, tout en mettant son expérience au service d’un parti politique. Elle devient ainsi témoin vivant de la femme politique, libre et audacieuse. Son seul objectif aujourd’hui est de redonner l’espoir aux femmes tunisiennes et de
faire face à un intégrisme rampant.


Mots-clés: Cinema Tunisien, feminisme, Selma Baccar, militantance.

Downloads

Publicado

2020-05-13

Edição

Secção

Artigos